La dermite séborrhéique est une maladie chronique et bénigne de la peau qui affecte principalement le cuir chevelu et le visage, elle est observée chez 3 à 5% de la population. Elle se manifeste principalement par une inflammation de la peau et par l’apparition de plaques rouges couvertes de squames (fines lamelles d’épiderme se détachant de la peau).

La dermite séborrhéique peut se développer chez l’adulte et le nourrisson. Chez ce dernier, elle se manifeste par les classiques « croûtes de lait » dans le cuir chevelu et des plaques rouges sur les fesses.

La dermite séborrhéique du visage

Chez l’adulte, les ailes du nez, les sourcils et les conduits auditifs externes sont les plus souvent touchés. La DS se présente sous la forme de plaques rouges à la surface desquelles de fines lamelles de peau se détachent. La dermite est alors le siège de sensations de picotements, brûlures et irritations qui restent le plus souvent bénins. La visibilité des symptômes peut cependant rendre cette affection difficile sur un plan psychologique.

Dans certains cas rares, la dermite séborrhéique peut s’étendre jusqu’au menton et aux paupières (blépharite séborrhéïque). Il est par ailleurr fréquent que la DS du visage soit conjuguée à d’autres affections de la face. L’association de la DS avec la rosacée est notamment très fréquente (on parle de dermite mixte).

La dermite séborrhéique du cuir chevelu

C’est la forme la plus banale. La DS du cuir chevelu peut être d’intensité très variable, d’un simple état pelliculaire jusqu’à des formes où les lésions recouvrent la totalité du cuir chevelu. Au stade le moins sévère, le cuire chevelu est couvert de petits squames fins, de couleur blanche et peu adhérentes. Les spasmes (pellicules) se détachent notamment lors du coiffage et on les retrouve au niveau des épaules et du coup. Dans les formes plus sévères, les squames deviennent plus grasses, épaisses (croutes) et une rougeur diffuse apparaît sur les zones affectées. A ce stade, la dermite séborrhéique devient très inflammatoire et prurigineuse.

La physiopathologie de la dermite séborrhéique

L’origine de la dermite séborrhéique reste encore mal connue. Le rôle d’une levure, appelée Malassezia, semble cependant déterminant. Cette levure que l’on rencontre chez 90% des adultes sains, se concentre de préférence dans les zones riches en glandes sébacées : cuir chevelu, ailes du nez, conduits auditifs externes. Or ceux sont ces mêmes zones qui se trouvent principalement affectées par la dermite séborrhéique. A noter également, que les conditions climatiques, en particulier l’humidité et l’absence de soleil mais également certains médicaments et le stress peuvent contribuer au développement de la DS.

Traitement de la dermite séborrhéique

A l’exception des formes graves qui peuvent faire appel à des stratégies thérapeutiques spécifiques, la dermite séborrhéique est traitée essentiellement de façon locale. Bien que ces traitements se révèlent efficaces, ils ne permettent pas d’obtenir une rémission définitive. Le traitement doit donc être généralement repris dès la réapparition des symptômes.

Les traitements de la DS sont essentiellement axés sur deux principes :

    • La réduction du sébum résiduel

Pour cela, l’hygiène quotidienne tient une place essentielle. Un nettoyage minutieux du visage, ainsi qu’un lavage fréquent des cheveux sont en effet recommandés. De même, un rasage régulier de la barbe et/ou de la moustache permet de réduire la présence du sébum résiduel et permet souvent la réduction des symptômes de la dermite.

    • La décontamination fongique

Cet axe de traitement consiste à éliminer les levures qui semblent contribuer au développent de la dermite séborrhéique. Pour cela, plusieurs fongicides sont utilisés dont :

      • L’amphotéricine (Fungizone® lotion à 3%)
      • Le ciclopirox olamine sous deux formes :
        • la crème Mycoster® à 1% pour les dermites séborrhéiques légères à modérées du visage
        • le shampooing Sébiprox® à 1,5% pour les dermite séborrhéique du cuir chevelu
      • Le gluconate de lithium (Lithioderm gel à 8%) pour les dermite séborrhéique du visage de l’adulte

Dans les formes peu inflammatoires, un traitement anti-inflammatoire local et non corticoïde peut être efficace. Le kétoconazole à 2% est alors souvent prescrit:

            • Sous forme de gel moussant pour traiter à la fois le cuir chevelu et le visage
            • En crème pour traiter uniquement le visage.