Mon acné – Page 4

Fin Septembre, après une prise de sang pour vérifier que mon foie allait bien, je commence Curacné à 20 mg. Si les effets secondaires perdurent tout le long de la cure, la disparition de l’acné suit un schéma qu’on peut retrouver dans beaucoup de cas.

Le premier mois présente une bonne amélioration des boutons. On comprend de suite qu’après tant d’années et de remèdes à la con, on fait face au seul et unique traitement pour l’acné sévère. Cependant – et mon dermatologue m’a bien prévenu – il ne faut pas se réjouir trop vite, car le deuxième mois est celui de la poussée. Tout ce qui était enfoui sous la peau dans l’attente de sortir… sort d’un seul coup. Ce fut mon cas.

La suite de la cure dépend des personnes, des doses et durées. Pour ma part, les trois, quatres, et cinquièmes mois ont vu la disparition, petit à petit, des boutons du visage.

La fin de la cure fut tranquille. Mon visage ne présentait que des cicatrices, et les boutons énormes dans mon dos commençaient eux aussi à décliner.

Au bout du huitième mois, « beau comme un dieu » selon les dires de mon dermato, je pris malgré tout la décision de rallonger la cure d’un mois, ayant été légèrement sous-dosé.

Pour vous expliquer grossièrement, la dose conseillée pour une cure de huits mois correspond à votre poids divisé par deux, en milligrammes. Faisant aux alentours de 60 kilos, 30 mg était ma dose conseillée, mais je n’ai fais qu’un mois à 20 mg et 7 mois à 25 mg.

Refaire un mois à 25 était donc pertinent, pour éviter le risque de rechute. Ma nouvelle phobie.

Laisser un commentaire