La prise en charge de la rosacée commence par l’adoption d’un nouveau mode de vie qui doit permettre d’éviter à la peau d’être trop souvent soumises aux facteurs aggravants de la rosacée. Ce nouveau mode de vie, qui peut sembler contraignant au début, permet cependant d’obtenir de réels résultats et notament d’enrayer l’évolution de la maladie dans la majorité des cas.

Ces facteurs sont ceux susceptibles de déclencher des bouffées vasomotrices (flush) et donc des rougeurs transitoires du visage. En diminuant ces rougeurs, la sollicitation mécanique des vaisseaux sanguins s’en trouve également diminuée, permettant ainsi à ces vaisseaux de garder leur élasticité et donc de réduire la congestion vasculaire (l’excès de sang).

La première attitude permettant de diminuer l’exposition à ces facteurs réside simplement dans leur évitement. Cette solution simple et évidente est jusqu’à présent la plus efficace. Ainsi, la consommation d’alcool, de boissons chaudes ou d’aliments épicés, la pratique d’exercices physiques intenses, l’utilisation de produits cosmétiques inadaptés (à base d’alcool ou de parfum par exemple) sont des pratiques qui peuvent être limitées ou même adandonnées, et ce sans avoir un impact trop importante sur la vie quotidienne du malade.

Néanmoins, une telle attitude s’avère trop contraignante pour être appliquée de façon systématique vis à vis de certains autres facteurs. C’est en particulier le cas pour les facteurs qui dépendent des conditions environnementales (exposition solaire, températures chaudes ou froides, vent). D’autres solutions permettant de minimiser l’impact de ces facteurs doivent alors être envisagées.

Facteurs aggravants de la rosacée

Les facteurs aggravants de la rosacée sont multiples et varient avec chaque individu. Il est donc essentiel dans un premier temps de savoir identifier avec précision ces facteurs.

    • L’exposition solaire

En pénétrant le derme, les rayons solaires ultra-violet entraînent un réchauffement et donc une dilatation des vaisseaux sanguins. L’utilisation d’un écran solaire permet de réduire la pénétration des UV et donc le rougissement de la peau. Une application quotidienne d’un écran solaire d’indice 20 ou plus est très fortement conseillé. Des écrans solaires contenant du silicone comme la diméthicone ou la cyclométhicone permettent d’améliorer la tolérance de la peau aux nombreux agents extérieurs. Dans le cas de rosacée oculaire, le port de lunette soleil est également très recommandé.

    • Le Stress émotionnel

La composante émotionnelle (anxiété, stress…) peut se révéler particulièrement importante. Le caractère émotionnelle de ce facteur rend son contrôle souvent délicat. Seul un traitement en profondeur visant à apprendre à gérer ou à accepter ses émotions peut apporter un réel mieux. ⇒ L’impact Psychologique de la rosacée

    • Les Températures Extrêmes (Chaudes ou Froides)

L’exposition de la peau à des températures chaudes conduit également à la dilatation des vaisseaux sanguins. Le mode de transfert de la chaleur n’étant pas par radiation UV, les écrans solaires ne constituent pas une barrière efficace dans ce cas. La solution consiste alors à favoriser la thermorégulation de l’épiderme à travers son refroidissement. Ce refroidissement peut se faire par une vaporisation d’eau sur la surface de la peau, par une hydratation régulière, voir meme en laissant fondre un glaçon dans la bouche. En ce qui concerne les températures froides, l’utilisation d’une écharpe, de préférence en coton, couvrant le nez et les pommettes constitue la meilleur des protections. Il est également possible de limiter les effets du climat par l’utilisation de crèmes à base de silicone. Ces crèmes barrières isolent et protégent la peau du froid.

    • L’alcool

La consommation d’alcool conduit à la dilatation des vaisseaux sanguins situés sous la peau, ce qui augmente l’afflux de sang en surface et provoque un réchauffement superficiel de la peau. Il est donc très recommandé de limiter la consommation d’alccol, en particilier celle du vin et de la bière.

    • L’Exercice Physique

En conduisant à une réchauffement global du corps, l’exercice physique implique le fonctionnement de la régulation de la température du corps. L’altération supposée de ce mécanisme de régulation au niveau de la peau du visage chez les personnes souffrant de rosacée conduit alors à une augmentation de la température du visage. La solution consiste donc à éviter les exercices physiques trop intenses et de privilégier leur pratique aux heures fraiches de la journée. En outre, une hydratation conséquente et régulière au cours de l’exercice permet de favoriser la régulation de la température corporelle.

    • Les Boissons chaudes

Lors de l’absorption d’une boisson chaude, la chaleur contenue dans la boisson est partiellement transmise au sang au niveau de la gorge. Cette transmission de chaleur conduit à un réchauffement du sang et au rougissement du visage. Sauf cas particulier, la consommation de thé ou de café à une température tiède ne constitue pas un facteur aggravant de la rosacée.

    • Les Produits cosmétiques

La présence de certains substances dans les cosmétiques peut favoriser l’apparition d’irritation cutanée lors de leur application. Parmi ces substances, on peut citer des solvants (acétone, alcool), des agents de pénétration (propylène glycol, acides alpha-hydroxy), des surfactants (laurylsulfate de sodium), des biocides (libérateurs de formaldéhyde, acide sorbique), des écrans solaires (acide paraaminobenzoïque, cinnamates, benzophénones) et des produits aromatisants (menthol, alcool benzylique, camphre).

    • La Nourriture

De manière générale les aliments chauds et épicés doivent être évités. De plus, et même si le rôle de l’alimentation sur la rosacée est encore très mal connue, il semble qu’un régime alimentaire adapté puisse apporter certains bénéfices. Parmi les aliments potentiellement néfastes, on peut citer les aliments à fort taux d’histamine: les laitages, (yogourt, crème, fromage), certains légumes (aubergines, tomates, épinards, petits pois, fèves ou haricots), certains fruits (avocats, bananes, prunes rouges, raisins, figues et agrumes), des condiments et assaisonnements (chocolat et vanille, sauce soja et vinaigre), les levures.

La toilette quotidienne revêt une importance majeure dans la rosacée. Une mauvaise pratique peut en effet altérer de façon significative les fonctions de protection de la peau et donc, à terme, accélérer l’évolution de la maladie.

Hygiène Quotidienne

Les personnes atteintes de rosacée doivent laver le visage à l’eau tiède avec un nettoyant doux qui sera appliqué avec les doigts. Pour sécher le visage, il est également préférable de le tamponner délicatement avec une serviette douce (de préférence en coton) pour éviter d’altérer la surface de la peau. Des nettoyants adaptés aux peaux atteintes de rosacée doivent être privilégiés. Les pains dermatologiques, aussi applelé syndets (synthetic detergent), les produits contenant notamment du sulfacétamide sodium ou du soufre ainsi que les laits et lotions qui permettent un lavage sans rinçage peuvent être utilisés.

L’utilisation de produits contenant de l’alcool, des acides de fruits, du menthol, de l’huile et des parfums de menthe et d’eucalyptus doivent être évités afin de minimiser l’irritation cutanée.

L’utilisation d’une crème hydratante après le lavage de la peau est également fortement conseillée. En hydratant la peau, ces crèmes permettent de préserver l’élasticité des vaisseaux sanguins et donc de réduire la congestion (excès de sang). Certaines crèmes “décongestionnantes” aux propriétés vasoconstrictrices (ginkgo biloba, isoflavones…) permettraient également d’apporter un mieux. Des crèmes hydratantes contenant du silicone comme la diméthicone ou la cyclométhicone permettent également d’améliorer la tolérance de la peau.

Il existe aussi quelques crèmes hydratantes en vente en parapharmacie dont l’objectif affiché est la réduction de la couperose (Rosaliac® de LaRoche-Posay, Diroseal® et Soins Antirougeurs (protection hiver et été) d’Avène). Peu de données permettent aujourd’hui d’infirmer ou de confirmer leur efficacité.

De manière générale, il est préférable de privilégier des crèmes fluides en évitant les crèmes grasses trop occlusives.

En ce qui concerne les hommes, privilégier le rasage électrique. En cas de rasage à la main, la mousse à raser doit être appliquée en pratiquant des mouvements circulaires et réguliers sur le visage humide. Il est également conseillé d’utiliser une crème à raser pour peaux sensibles qui permet de limiter l’irritation cutané et d’hydrater la peau.

De façon générale, la très large gamme de produits cosmétiques destinées aux peaux sensibles permet aujourd’hui à chacun de disposer de produits qu’il tolère. Néanmois, l’identification de ces produits peut s’avérer délicate et necessite souvent d’effectuer de nombreux essais.